deutschfranzösisch




Principes de base et règles de la médiation

Responsabilité personnelle et autonomie
Les parties disposent, elle-même, de la plus grande compétence pour défendre leurs propres intérêts et mettre un terme à leur différent. Elles négocient, de façon responsable, des solutions sur mesure et répondant au sentiment d’équité de chacune d’entre elle.
Le médiateur n’a aucun pouvoir décisionnel. Il soutient le processus de communication et est responsable du cadre de travail.


Franchise et information
Alors que la responsabilité personnelle de chacune des parties est au centre de la médiation, il est important que les médians soient prêts à divulguer tous les éléments de faits qui pourraient être pertinents pour la solution du conflit. Le médiateur veille à ce que les parties s’informent sur tous les détails du conflit à résoudre, le cas échéant, en demandant conseil à un spécialiste.


Neutralité et multipartialité
Le médiateur œuvre dans l’intérêt de toutes les parties. Il n’est pas neutre mais prend parti pour tous. Il prend place du coté de chacune des parties afin de comprendre, à mesure égale, leur point de vue du conflit.


Engagement volontaire
La médiation est un processus volontaire. Toutes les personnes impliquées peuvent l’interrompre sans motif à tout moment.
Aussi, une médiation peut être proposée par la justice mais ne peut jamais être forcée.


Confidentialité
Lors de la médiation, toutes les personnes impliquées nécessitent la protection de la confiance. Des éléments de faits divulgués par les médians au cours de la médiation ne peuvent ainsi, ni être révélés à des tierces personnes, ni être utilisés lors d’une procédure juridique contre l’une des personnes impliquées dans la médiation.
Les médiateurs issus de certaines professions, comme par exemple, les avocats ou les psychologues, sont déjà tenus au secret professionnel par la loi. Au début de la médiation, les parties et le médiateur s’engagent par écrit (« Accord de médiation ») à préserver la confidentialité.